Accéder au contenu principal

Articles

Chère Christine Angot

Chère madame, chère Christine Angot,
Depuis que je vous ai lue, je vous aime beaucoup. Continuez d’écrire, de nous raconter. Je compte sur vous.
Les fantômes de l’#antisémitisme ne sont pas des vivants. Ils ont les yeux troués par leur propre haine.
A bientôt chère madame.
Tout mon respect

Articles récents

L'Eddy de Pretto, ça claque non ?

Regardez bien. Vous les voyez ? Familles au grand complet, père et mère flanqués de leur pré ado sautillant. Jeunes gens, jeunes filles en couple. Amoureuses qui s’embrassent avec délicatesse, étudiants en bande, grands-parents au petit fils à sweat à capuche et jean flottant, responsables d’association flanqués de leur troupe.
Des adultes, des enfants, des gaffets, des vieilles et vieux. Au moins trois générations de toulousains, ariégeois, commingeois, montalbanais. Des ruraux, des urbains, des locaux. Des gay, bi, en questionnement, en transition, des hétéro, … Le Zénith est complet. Nous sommes 8000.
Nous frémissons d’impatience et de joie. Ça rigole fort, ça parle fort. Ça arrive par grappes, les marches grimpées à grandes enjambées. Il y a les assis comme nous, loin de la scène (on s’en fout, on est heureux). Il y a ceux debout dans la fosse au loin. Les aficionados. Plus jeunes sûrement.
Il y a les surexcités, les organisés (sandwich et tablette de chocolat au fond du sac p…

Ça va pour vous en ce #8mars ?

En ce #8mars2019 ,#JournéeInternationaledudroitdesfemmes, le 1er (voire la 1ère…) qui me sort « Bonne fête », je lui fous ma main dans la tronche et lui fais part de mon mépris jusqu’au #8mars de l’année 2020 (Oui, un an de travail sur soi, c'est faisable). Qu’on se le dise !
*[Vrac des #droits et +] : travailler en responsabilité, se fringuer comme l’on veut, être sexy ou pas, jurer, parcourir une rue le soir sans baisser la tête pour se faire discrète, oser prendre la parole en public même pour ne rien dire, être enceinte ou pas, avorter ou pas, porter plainte, être « politiquement » incorrecte, dire « NON », dire « je ne suis pas d’accord », appeler à l’aide toutes les assos et lignes d’urgence (elles sont là pour ça), parler fort, s’exprimer, baiser comme l’on veut, glander, grossir, vieillir, picoler, pleurer, gueuler, être très ‘féminine’, être très ‘masculine’, … (*liste non exhaustive) #sexisme #plafonddeverre #égalitésalariale #parité #précarité #maltraitancemédicale …

Putain de rentrée

Le dernier lundi d’août signe le début de la rentrée.
Les annonces pour de supers cartables et de la colle pas chère ont commencé depuis 15 jours. Certaines promotions restent des énigmes.
Les nouvelles grilles des chaînes radio sont présentées en fanfare et les programmes sont déjà à tomber d’ennui.
Les ministres ont repris une semaine avant tout le monde pour bien montrer qu’ils bossent, eux.
Le nouveau look des plateaux TV est annoncé par de grands renforts d’effets sonores.
Les animateurs et journalistes s'invitent mutuellement à parler de leur nouvelle émission TV et radio.
Les vacanciers de fin août, filmés les pieds dans l’eau, clament leur bonheur insolent.
Les carburants ont déjà augmenté.
La sortie des 500 nouveaux romans et essais est imminente.
La désindexation des retraites combinée à la hausse de la CSG est définitive. La perte du pouvoir d’achat aussi.  Les retraités seront les baisés de l'année.
Tiens ? y a une nouveauté. Le pape suggère aux jeunes LGBTQI …

[Portrait] Nicolas Noguier de A... à Z !

Soumettre Nicolas Noguier, président de l’association nationale Le Refuge, à mon questionnaire préféré était le jeu. La règle ? A chaque lettre de l'alphabet, il doit me dire un mot qui correspond à son histoire, sa pensée, sa colère, qu’importe.
Puisque la règle est simple, l’interview me semblait d’autant plus facile. C'était une erreur.
Nous en avons eu des discussions, des échanges, des confidences parfois. Toujours de façon non préméditée, rarement organisée. Mais vivre un échange comme cette interview-là : jamais.
Car ce fut long. Une suite de silences, de sourires, d'hésitations. Et disons-le, de blocage total. Nicolas Noguier ressemblait à un petit garçon perdu, à la recherche du mot qui n’existera jamais. Je l'encourageais, lui soufflais : « Ne réfléchis pas trop ! Dis juste ce que tu penses, ce n’est qu’un jeu ». J’avais l’impression d’être la méchante, ou la psy, qui veut à tout prix lui faire cracher le morceau. Puis j'ai patienté et ai attendu ses mots.…

Dis-moi merde !

Il est minuit passé et le boulevard Bonrepos est plein d’échos, ponctués de silences étranges. Au sortir de la Maison du Vélo, c’est fou comme mes talons résonnent forts le long des murs de briques. Le concert était moyen bien mais j’y étais pour faire plaisir. Et quelle idée d’avoir mis ces chaussures de fille ! Il me faut parcourir un kilomètre pour récupérer ma voiture. Pourquoi m’être garée si loin ? Ce n’est pas l'endroit toulousain le plus glam, ni le plus fréquenté à cette heure. Pourtant à l’aller, et en pleine lumière, la distance me paraissait raisonnable...
Je l’ai repérée de loin. Bien sûr qu’elle m’a vue, je suis la seule à marcher alentour. Ne pas ralentir. Ne pas stopper net, c'est malpoli. Continuer de claquer du talon. J'avance avec un peu d’appréhension. C’est la culpabilité. Quand une femme croise une autre femme, l’une prostituée et l’autre… rien, juste une femme qui rentre peinarde chez elle après un concert moyen bien… elles se parlent ?
Le jour, les…

L'été, en mode résolutions

Cesser toute confiture. Regarder @Cdanslair une seule fois par jour. Prendre des nouvelles de Nicolas. Un cornet de glace une boule, un jour sur deux. Seulement des retweets. Facebook : ne rien concéder à l'exhibition vacancière collective. Se retenir de. Manger des pêches de vignes. Écouter en boucle The Fall de Blindness. Écrire assise. Trouver d'autres radios à écouter en ligne, peut-être étrangère ? Rêver orienté. Tout réviser de la mythologie romaine. Ouvrir ses boites mails, mais le jour. Répondre. Envoyer des cartes postales et écouter les conversations. Ne pas se désoler, cuisiner. Balzac aurait-il aimé Despentes ? Se dire oui. Arrêter le rouge à lèvres jusqu'en septembre. Baisser d'un ton. Prendre le plus de trains possibles. Apprendre par cœur des poèmes de Reverdy. Marcher avec lenteur et canne. Ne rien commenter de l’actualité. Ne pas s'énerver. Balayer.